Vous êtes ici : Accueil
News
28/11/2017
LUX ARTFAIR

DU 30 NOV AU 3 DEC 17 ,EXPO A LUX EXPO DES OEUVRES DE CELIA PARDI...
» Voir la suite
20/06/2017
EXPOSITION DES OEUVRES DE MANOLO CHRETIEN ET D' ALFREDO LONGO

HEART2GALLERY,326 BIS , Chée du Roeulx , 7000 Mons, du 2 JUILLE...
» Voir la suite
toutes les news

MICHAEL DUMONT

Retour aux albums
Michael, on l’aura vite compris, toi c’est la sculpture ! Mais raconte-nous l’histoire derrière ce parcours ?
A l’époque, je faisais pas mal de musique, ce qui m’a permis de faire des rencontres intéressantes, des barbus, des longs cheveux, plein de gens intéressants, dans le tas il y avait des musiciens qui pratiquaient la peinture , la sculpture et plein d’autres choses. Un jour chez un pote, j’ai tâté un peu de terre glaise, tout est parti de là, j’ai tout de suite accroché.

Le métal, la soudure, la forge, la récupération, tout cela se retrouve dans ton travail ! Peux-tu nous en dire plus ?
Le métal est venu naturellement, après avoir essayé toutes les matières que j’ai pu croiser, le métal était une évidence, il y avait affinité, partage, une histoire d’amour.

La soudure et la forge étaient une continuité dans cet apprentissage, quant à la récupération, tous ces morceaux de ferraille rouillés, broyés, torturés, sont remplis de poésie, quel plaisir de travailler avec eux.

On retrouve souvent des personnages étranges à l’allure fine et élancée ! D’où viennent-ils ? Ont-ils eux aussi une histoire à nous raconter ?
Il arrive qu’on me demande ce que c’est, qu’est ce que ça raconte ?
Je peux expliquer, mais je préfère avant tout que chacun se fasse sa propre histoire en regardant une de mes sculptures.
D’où ils viennent, il faut leur demander à eux.

Qui considères-tu comme étant tes maîtres ?
Ni dieux, ni maîtres... mais je dois beaucoup aux personnes qui m’ont appris l’essentiel.
Je pense à mes premiers profs, Jean Conen et Xavier Préaut, des maîtres forgerons.
De grandes personnes.

Peux-tu nous expliquer le moment que tu préfères lorsque tu concrétises une idée en sculpture ?
Le meilleur moment, c’est quand je me ballade avec mon sac à dos, souvent le long de la Sambre, à la recherche de ferrailles, ou de pépites, ça dépend la vision qu ‘on en a.
J’aime aussi le moment où je les dispose sur l’établi, ce moment où tout se bouscule dans ma tête, les images, les idées, des histoires.
Michael Lander.
 
retour aux albums